fbpx
Carnets d'explorations
Le blog Naturexplo
Publication le 8 juin 2019

Voyages et pourboires, ce qu’il faut savoir

Vos valises sont prêtes et votre budget voyage a été épluché avec précision, mais avez-vous laissé une petite place pour les pourboires ? J’en vois déjà certains froncer les sourcils “comment ça un pour boire ? “. Je ne vous parle pas d’un verre de vin ou d’une quelconque boisson rafraîchissante, mais de ces piécettes qu’on dépose à l’issue d’un bon repas.

On ne va pas se le cacher : les Français sont des radins. Je vais même aller plus loin, nous avons reçu la palme des plus grosses pinces du monde, d’après une étude de Direct Line publiée dans un journal britannique. Alors pourquoi cette réputation ? La faute à nos traditions et à l’utilisation exponentielle de la carte bancaire, ce qui ne nous laisse que très peu d’argent liquide en poche.

Il serait abusif de résumer le pourboire à la fameuse “règle des 10 %” qui voudrait qu’on laisse sur les tables des restaurants un dixième de la note au serveur. Alors à qui donner un pourboire ? Et combien ?

Les “tips” sont généralement réservés aux personnes qui nous ont fourni un service. Il ne s’agit pas uniquement que du serveur qui vous aura rapporté une bière bien fraîche et que vous souhaitez remercier allègrement. Tout dépend du pays dans lequel vous voyagez. Le taxi qui vous déposera à l’hôtel, le chamelier qui vous offrira une balade inoubliable ou le guide qui vous fera découvrir les secrets de sa ville peuvent également recevoir un petit quelque chose.

Je vous rassure tout de suite, il ne faut bien entendu pas donner n’importe quoi à tout le monde. Sachez que les coutumes varient d’un pays à l’autre et que le pourboire est élevé en véritable institution dans quelques contrées où il représente l’unique source de revenus de certains travailleurs. Certains locaux y sont tellement attachés que vous seriez terriblement mal vus voire pourriez subir quelques déconvenues si vous ne laissez pas une pièce sur la table.

Il est donc essentiel de maîtriser cette science du pourboire et je vais vous donner quelques conseils pour vous aider à constituer une petite enveloppe dédiée sans pour autant amputer votre budget voyage.

 

Un petit tour dans l’histoire : Un pourboire, c’est quoi ?

Les Anglais n’ont pas fait qu’inventer le sandwich aux concombres. On attribue la création du pourboire à une tradition anglo-saxonne du XVIIIème siècle. Cette pratique proviendrait d’un restaurateur qui aurait mis à la disposition de ses clients un pot dans lequel ils pouvaient déposer une pièce pour accélérer le service.

Cette pratique se serait généralisée dans notre pays et dans le monde au XIXème siècle, pour récompenser un service de qualité. Si l’histoire du pourboire vous intéresse, vous pouvez consulter ce site internet qui la détaille précisément.

Aujourd’hui, cette pratique concerne surtout les services à la personne liés au tourisme. Notez bien qu’en France et partout ailleurs, donner n’est en aucun cas obligatoire. Vous disposez d’une liberté totale quant au montant de la somme que vous souhaitez laisser et à qui la céder. Si en sortant, le serveur ou le taxi vous jettent un regard noir, vous n’avez pas à vous justifier sur votre décision de ne pas vouloir leur donner quelques euros si la prestation vous a paru médiocre.

Le but d’un voyage est de vous faire plaisir. N’allez pas vous ruiner pour vous faire bien voir auprès des professionnels. Si vous êtes jeunes et que vos ressources sont limitées, ne donnez pas de l’argent à toutes les personnes qui vont rendront un service. De même, si vos moyens sont plus importants, ne donnez quelque chose que si le cœur vous en dit.

En France, l’addition comprend une majoration de 15 %, liée au service qui est inclus dans le prix. Le personnel est ainsi rémunéré sur la base d’un salaire fixe déjà versé par le client lorsqu’il paye son repas. Le pourboire ne représente ainsi qu’un complément de salaire, un extra qui traduit la gratitude et la satisfaction du client pour le service de qualité qu’il a reçu.

Cependant, dans d’autres pays et notamment aux États-Unis, certaines professions sont très mal rémunérées car le service n’est pas inclus dans la note. Le serveur ou le coiffeur par exemple devront compter sur les “tips” pour pouvoir vivre à la fin du mois. Ne pas donner en Amérique du Nord est généralement très mal vu. Au-delà de subir un regard foudroyant ou quelques messes basses dévalorisantes, cela peut même vous attirer le courroux des professionnels qui voient en ce geste un acte de radinerie extrême. Si vous comptez partir outre-Atlantique, il est nécessaire de bien prévoir son budget pour y inclure quelques dollars destinés à remercier les services que vous recevrez. D’autant que généralement, les prestations sont de très bonnes qualités car bons nombres de professionnels dépendent de ces “tips”.

À l’inverse dans les pays asiatiques, le pourboire peut être considéré comme une insulte. Au Japon notamment, ne vous avisez pas de laisser quelques yens sur la table car cela pourrait être considéré comme un acte de charité. Les Japonais considèrent que leur salaire leur suffit amplement pour vivre.

Vous pouvez apercevoir la complexité et la richesse des traditions liées aux pourboires. C’est entre autre l’un des points sur lequel je peux vous donner un coup de main en vous aidant à organiser votre voyage en fonction de vos envies, besoins et moyens. Je vous donne tous les conseils sur les us et coutumes relatifs aux pourboires en fonction du pays dans lequel vous vous rendez.

 

À qui donner et combien ?

Vous voyagez en Europe

Généralement, le service est inclus dans la majorité des pays d’Europe. Ainsi en Belgique, en Croatie ou en Allemagne par exemple, ne donnez un pourboire que si le service vous a largement satisfait. En revanche, dans certains pays comme la Hongrie ou la Bulgarie, les employées reçoivent la majorité de leur rémunération sur les dons des clients, sauf dans les grandes chaînes de restaurants.

Il est d’usage de laisser entre 5 % et 15 % de la note sur la table. Si vous ne voyez pas la mention “service inclus” sur l’addition, il est mieux vu de s’approcher des 15 %.

Comme je vous l’ai déjà expliqué, vous êtes seul juge pour décider de récompenser ou non le service dont vous avez bénéficié. Si vous ne disposez pas de moyens suffisants, vous pouvez déposer 1 € symbolique pour gratifier une prestation qui vous a particulièrement satisfait.

En plus des restaurateurs, il est également possible de remercier un chauffeur de taxi, un guide ou un groom en refusant par exemple qu’il vous rende la monnaie si le différentiel n’est pas trop important.

Parfois, certaines traditions pourraient vous surprendre. En Sicile, les voitures stationnées sur les parkings sont surveillées par des personnes souvent démunies qui vadrouillent toute la journée. Les Siciliens prennent à cœur cette tradition et versent quelques centimes à ces gardiens de parking en repartant.

Le pourboire est dans la majorité des cas largement apprécié. Lors d’un voyage en Croatie, je me suis rendu dans un petit restaurant traditionnel à Knin où j’ai pu déguster un délicieux cochon de lait rôti à la broche. Le service était impeccable et j’ai donné au serveur 10 kunas pour le remercier. Visiblement ravi, celui-ci s’est assis à ma table et nous avons discuté quelques minutes. Il m’a notamment révélé l’emplacement d’une magnifique cascade à quelques kilomètres qui n’apparaissait sur aucun guide de voyage.

Si vous le pouvez, évitez les enseignes touristiques et préférez les petits commerce locaux. Dites-vous que la plupart des Européens vivent avec un salaire et un pouvoir d’achat moins élevés que nous, notamment en Europe de l’est. Verser quelques centimes peut contribuer à améliorer leurs conditions de vie.

Pour les bourses modestes, une enveloppe dédiée aux pourboires d’une vingtaine d’euros est largement suffisante pour 1 semaine.

 

Vous voyagez outre-Atlantique

Les “tips” aux Étas-Unis sont sacrés. Dans l’étude dont je vous ai parlé au début de cet article, les Américains ont été sacrés les touristes les plus généreux.

Si vous ne disposez pas de suffisamment d’argent pour pouvoir assurer un “tip” lorsque vous allez au restaurant ou que vous bénéficiez d’un service quelconque, vous pouvez privilégier de vous alimenter dans les grandes surfaces et de réguler vos activités.

Il faut compter en moyenne une majoration de 20 % du tarif de la prestation dont vous bénéficiez. Autant vous dire que la facture peut vite grimper et devenir difficile à assumer si elle n’a pas été étudiée auparavant avec soin.

Je peux vous aider à organiser un séjour aux USA en optimisant vos dépenses pour que vous puissiez vous faire plaisir au maximum.

Vous voyagez en Asie

Je vous ai déjà parlé des Japonais et de leur conception du pourboire. Cela n’est pas valable dans toute l’Asie.

À Hong Kong, où la culture est relativement occidentalisée, vous pouvez laisser quelques HKD qui seront appréciés. Concernant les Chinois, cette pratique n’est pas répandue dans les restaurants mais plutôt chez les chauffeurs et les grooms.

Ce qu’il faut retenir

Il est essentiel de bien se renseigner sur les coutumes du pays dans lequel vous souhaitez voyager. En France, l’usage du pourboire est secondaire mais ce n’est pas le cas dans bon nombre de pays.

Le montant de la somme à prévoir peut varier du simple au triple selon votre destination et je suis à votre disposition pour vous aider à vous organiser au mieux.