fbpx
Carnets d'explorations
Le blog Naturexplo
Publication le 10 juillet 2019
Tags de l'article

Conduire dans le monde entier avec un permis français

Conduire dans le monde entier avec un permis français. Aller à la découverte du monde, au-delà des pays et villes, c’est aussi conquérir les routes et leurs trafics. Quand on sait conduire, il faut se le permettre chez soi et hors de sa zone de confort, car la route est ouverte à tous. Toutefois, même avec un permis de conduire français, être un conducteur du monde demande une mise à niveau. Quand on sait où on va et ce qu’on souhaite y faire, on se prépare en conséquence.

 

Ce qu’il faut pour naviguer dans le trafic international : l’internationalisation du permis

Lorsqu’on va en voyage ou en vacance, si on a l’ intention de tenir le volant et de flirter avec les routes inconnues, on doit tenir compte de certains préalables. De manière générale, l’accès au trafic routier mondial est conditionné par la détention d’un permis de conduire international. Le permis de conduire français, en tant que pièce unique, n’est pas valable à cet effet, mais il est une base. À titre exceptionnel, ce document de voyage est utile uniquement dans les 28 pays de l’Union européenne. Avec les accords de principe qui existent entre eux, les notions de limite et d’espace ont un sens communautaire et collectif. De la même façon, aux États-Unis et au Canada, un permis de conduire français donne le droit de prendre le volant sur les routes, mais seulement pendant un séjour de moins de trois mois. Du reste, seule la possession du permis de conduire prévaut, en lieu et place d’un certificat provisoire. Pour la grande majorité des cas, conduire dans le reste de l’Europe ou ailleurs dans le monde nécessite la possession d’un permis de conduire international.

 

Sur la base d’un permis de conduire national, une internationalisation du document peut être faite. La procédure est simple, gratuite et rapide. Cette conversion permet l’usage des catégories d’automobiles identiques à celles consignées dans le permis national. Tout commence par une requête rédigée et adressée à la sous-préfecture ou la préfecture de sa région, avant le départ en voyage. La préfecture de police et la mairie sont aussi compétentes pour délivrer les permis internationaux. Ces pièces sont octroyées pour une durée renouvelable de trois ans. Par contre, dans certains pays, le permis de conduire international n’est pas valable. Seul le permis de conduire local fait prouve les aptitudes à tenir un volant.

 

 

Les usages et mentalités d’une culture se dessinent dans les règles de conduite routière : les nuances du Code international de la route

Les règles de la conduite routière prennent forme en fonction du pays où l’on se trouve. Si les généralités sont acquises, il faut se renseigner sur les spécificités pour mieux s’en imprégner. Ce qui est admis ici peut être proscrit ailleurs. À Singapour, par exemple, conduire à moins de 50 mètres d’un piéton qui traverse la rue est illégal. Il faut dire que le concept de distance de sécurité est très relatif. En Chine, le piéton ne bénéficie pas de la même attention. Les voitures qui s’engagent dans une intersection n’ont pas obligation de se soucier des autres détails, même si le feu de signalisation est au rouge. En Suisse, le respect des feux de signalisation est de rigueur. Le conducteur a le devoir d’éteindre le moteur de sa voiture lorsqu’il est dans les zones de forte agglomération ou sur des passages à niveau. Au Costa Rica, au risque d’être surpris, la notion de priorité sur la route n’existe pas. Seules prévalent la loi du premier arrivé et celle du plus imposant.

 

En ce qui concerne l’alcool au volant, il existe des législations routières vraiment plus tolérantes que d’autres. En Roumanie et en République Tchèque, il vaut mieux s’abstenir de boire une goutte d’alcool avant de prendre le volant, parce qu’un taux d’alcoolémie au-dessus de zéro est réprimé. Dans le New Jersey aux États-Unis, en plus de la sanction pour conduite en état d’ivresse, le conducteur se verra interdire une plaque d’immatriculation personnalisée.

 

Pour des vacances arrosées, avec la possibilité de prendre quelques verres avant de prendre la route, l’Angleterre et l’Irlande sont des destinations idéales. Le seuil de sécurité routière en matière d’alcool dans le sang est de 0,8 gramme. Les mots « hygiène », « santé » et « environnement » ont une valeur profonde en Bulgarie. Les mesures de protection sont sécuritaires : tout véhicule doit se faire désinfecter avant de passer la frontière pour entrer au pays. Une exception est faite sur les véhicules revenant de l’Union européenne.

 

Aller à la conquête des routes du monde !

Si pour certaines personnes cela semble banal, pour d’autres, le tourisme routier reste l’un des plaisirs de vacance les plus prisés. En amont ou en aval, selon le relief, une région se dévoile sans artifices sous les yeux du conducteur, qui navigue dans son trafic. Certaines villes sont très attractives, du fait de leurs routes et du bonheur qu’elles procurent, tant par leurs formes architecturales que par les paysages qu’elles offrent. La route est l’un des angles sous lequel on perçoit une ville et sa population. Elle est le lieu d’expression du civisme et du savoir-vivre ensemble. Un adage ne dit-il pas : « montre-moi comment tu conduis, je te dirais qui tu es » ? Conduire sur une route permet de prendre la mesure des réalités quotidiennes qui caractérisent le lieu. Au volant d’une voiture, chez soi ou ailleurs, on devient « monsieur tout le monde », on se fond dans le décor. D’un point de vue personnel, on conduit pour mieux faire le point sur soi.

 

Conduire, c’est aussi s’auto évaluer. Les réflexes d’un bon chauffeur s’apprécient lorsqu’il est à l’œuvre. Malgré les différences auxquelles il est confronté, il doit savoir aviser et s’adapter. Il apprend à garder la mesure de la prudence et de la sécurité. Ce n’est que la pratique qui confère cette expérience. On peut prendre la route par nécessité, mais aussi pour combler ses besoins et réaliser ses envies. En effet, conduire a un effet apaisant et relaxant sur la plupart des personnes. Le fait de juger la puissance du véhicule qu’on dirige, savourer le confort de la route et tout ce qui l’entoure fait vivre un moment unique et authentique.